Vous êtes ici : Le guide de la Fonction Publique > Finance > Leasing auto fonctionnaire : conseils et simulation LOA / LLD

Leasing auto fonctionnaire : conseils et simulation LOA / LLD

Leasing auto fonctionnaire : conseils et simulation LOA / LLD

Pour acquérir un véhicule, le leasing est une solution qui connait un grand essor depuis plusieurs années. Si les achats restent courants, le leasing permet en effet à l’automobiliste de louer un véhicule sur une longue durée contre le versement d’un loyer mensuel et de choisir en fin de contrat de le conserver ou de le restituer. Si la formule est globalement la même pour tous, les fonctionnaires bénéficient d’avantages supplémentaires dans le cadre des contrats de leasing en raison de leur statut professionnel stable. Découvrons ces atouts et les étapes à suivre pour souscrire un contrat de leasing auto pour fonctionnaire.

Acquisition d’un véhicule : quelles sont les solutions ?

Un fonctionnaire ou agent de la fonction publique peut acquérir un véhicule neuf ou d’occasion par les mêmes solutions que tout autre automobiliste. Citons les trois options les plus fréquentes, à savoir l’achat comptant, la souscription d’un crédit et le recours au leasing.

Un achat comptant

Lorsque le fonctionnaire dispose des fonds nécessaires pour acquérir le véhicule visé, il peut effectuer un achat comptant, c’est-à-dire verser l’intégralité de la somme demandée en une fois, généralement par le biais d’un chèque de banque. Cet achat comptant lui permet de devenir immédiatement le propriétaire du véhicule.

Un achat comptant est une solution à privilégier lorsqu’il est possible de le réaliser, car il s’avère être le dispositif le moins onéreux. En effet, le fonctionnaire verse la somme demandée pour la transaction, c’est-à-dire pour l’acquisition de la voiture. Il n’a aucun frais supplémentaires à prévoir (intérêts d’un emprunt, coût d’entretien d’un leasing, etc.).

Toutefois, un achat comptant ne doit pas être impulsif, car il comporte certains risques. En effet, il est difficile de s’assurer que le véhicule a bien été entretenu et qu’il ne présente aucun défaut. En outre, une décote importante est un autre risque à prendre en compte, complexifiant ainsi la revente dans bien des cas. C’est donc une option à privilégier dans l’idée de conserver une auto à moyen ou long terme, autrement dit pendant plusieurs années.

Un achat par le biais d’un emprunt

Le fonctionnaire qui ne dispose pas des fonds suffisants pour acheter son véhicule peut recourir à un crédit, solution retenue par la majorité des automobilistes à ce jour. Il peut alors choisir entre deux types d’emprunts :

  • le crédit auto, qui est un prêt affecté, c’est-à-dire dédié à l’achat exclusif du véhicule visé ;
  • le prêt personnel, qui quant à lui n’est pas affecté, afin d’acheter son auto et/ou de financer tout autre projet de son choix en toute liberté.

Le crédit auto a pour avantage de préserver le fonctionnaire de certains risques. En effet, il faut savoir que cet emprunt étant affecté à l’achat du véhicule, les fonds ne peuvent être débloqués que lorsque celui-ci est effectivement livré. En conséquence, si le vendeur annule la vente, le crédit est, de ce fait, annulé automatiquement également. Les deux opérations étant liées, le fonctionnaire consommateur est protégé. En revanche, le prêt personnel n’étant pas affecté, les fonds sont versés au fonctionnaire emprunteur, que le véhicule lui soit effectivement livré ou non. La somme prévue lui est ainsi remise même s’il n’en a plus l’utilité pour ce projet.

Un contrat de leasing

Le fonctionnaire dispose d’une autre solution pour acquérir un véhicule, le leasing auto. Le principe est quelque peu différent des précédentes options, car le fonctionnaire automobiliste n’est pas propriétaire du véhicule, il n’en est que locataire pour une certaine durée.

En réalité, il existe deux formes de leasing auto : la LOA – pour location avec option d’achat – et la LLD – pour location de longue durée.

La LLD est une formule qui permet au fonctionnaire de louer le véhicule de son choix, neuf ou d’occasion, pendant une certaine durée qui peut osciller généralement entre 2 ans et 5 ans. Pour cette location, il doit verser chaque mois un loyer dont le montant est fixe et préétabli lors de la signature du contrat. Le tarif est calculé en fonction d’un certain kilométrage annuel que le fonctionnaire doit respecter, du type de véhicule loué et il comprend les frais d’entretien. Dans certains cas, l’assurance auto est également intégrée, mais ce n’est pas systématique. Une fois le contrat arrivé à échéance, l’automobiliste restitue le véhicule au loueur et il peut alors librement souscrire un autre contrat de ce type ou différent, sans se préoccuper de la revente. Une bonne solution pour ceux qui apprécient de changer régulièrement de voiture et de bénéficier ainsi des dernières technologies.

Dans le cadre de la LOA, le principe de fonctionnement est globalement similaire pour le fonctionnaire. Toutefois, l’automobiliste a la possibilité, une fois que son contrat arrive à échéance, de devenir propriétaire de l’auto en s’acquittant du prix restant à sa charge, qui correspond au prix de vente initial minoré des loyers déjà versés. S’il n’est pas intéressé, il peut restituer le véhicule au loueur comme dans le cadre de la LLD ou bien le racheter pour le revendre au prix qu’il souhaite. Une solution qui convient davantage aux fonctionnaires qui souhaitent tester un véhicule sur la longue durée avant de l’acheter.

Leasing auto fonctionnaire : quels avantages pour les agents de la fonction publique ?

Globalement, les fonctionnaires peuvent prétendre aux mêmes offres et aux mêmes modalités de leasing que tous les autres profils de souscripteurs. Toutefois, leur statut professionnel stable et rassurant leur permet de bénéficier de certains avantages supplémentaires. En effet, les organismes prêteurs sont plus enclins à leur accorder des faveurs dans la mesure où la fonction publique garantit un emploi stable et une rémunération en croissance constante. Pas de risque donc de perte d’emploi ni de salaire réduit !

Grâce à ces privilèges rassurants, les fonctionnaires peuvent bénéficier de tarifs privilégiés pour acquérir leur auto en contrat de leasing.

Par ailleurs, le principe de la LOA et la possibilité, en fin de contrat, de racheter le véhicule, a pour conséquence une opération intermédiaire. En effet, l’organisme prêteur doit au préalable acheter le véhicule avant de le louer au fonctionnaire demandeur. L’organisme prêteur étant un établissement financier, il faut savoir que cette banque va étudier la situation du fonctionnaire sur la base des justificatifs fournis (copie de la pièce d’identité, copie du contrat de travail, trois derniers bulletins de salaire, dernier avis d’imposition, justificatif de domicile et relevé d’identité bancaire, voire autre) pour rendre un avis. Un refus est donc possible, mais la situation professionnelle des fonctionnaires fait que les banques accordent en majorité ces demandes de leasing.

Enfin, soulignons que la stabilité professionnelle et financière des fonctionnaires leur permet de verser des mensualités moins onéreuses dans bien des contrats de leasing.

Comment trouver un leasing auto pour fonctionnaire ?

Pour trouver la bonne formule de leasing auto, un fonctionnaire doit suivre les étapes suivantes.

Opérer les bons choix

Dans un premier temps, le fonctionnaire doit choisir le modèle de véhicule qui correspond à son besoin. Il peut opter, selon ses besoins et son usage, pour une citadine compacte, un SUV ou une familiale notamment, et choisir un type de carburant (véhicule électrique, hybride rechargeable ou roulant aux carburants traditionnels que sont notamment l’essence et le diesel, etc.). Il peut se faire conseiller par les vendeurs au sein des différentes concessions pour opérer le meilleur choix.

Par la suite, il lui faudra opter pour la LOA ou la LLD. Tout dépend généralement de son objectif final. S’il envisage d’acquérir définitivement le véhicule en fin de contrat ou s’il veut conserver la possibilité d’un achat, la LOA est à privilégier. Dans le cas contraire, la LLD est la formule à choisir.

Définir les modalités du leasing

Un contrat de leasing est accordé pour la location d’un véhicule sur une certaine durée (de un à six ans en moyenne) et son prix est calculé en fonction de plusieurs paramètres que le fonctionnaire doit établir avec le concessionnaire.

  • Son apport initial : s’il n’est pas toujours exigé dans le cadre de la LLD, il est devenu obligatoire en cas de LOA. En effet, il est demandé au fonctionnaire de fournir un apport initial plus ou moins important – et souvent librement fixé par le client – avant de conclure le contrat. Cette somme est ensuite déduite du montant d’achat lorsque le véhicule est racheté.
  • Les garanties comprises : dans la plupart des cas, le contrat de leasing comprend la prise en charge des frais d’entretien du véhicule, ainsi que la garantie assistance. L’assurance auto est parfois incluse. Il est toujours recommandé de s’assurer des points couverts avant de s’engager afin d’éviter les mauvaises surprises. Quoi qu’il en soit, la couverture de ces frais multiples explique la raison pour laquelle un leasing coûte globalement plus cher qu’un achat comptant. En effet, le fonctionnaire locataire verse chaque mois des frais qui couvrent ces prises en charge.
  • Le kilométrage annuel : un contrat de leasing est accordé pour un certain kilométrage annuel. 10 000 km, 15 000 km, 30 000 km voire davantage… l’automobiliste doit estimer son besoin au préalable et s’engager à respecter ce kilométrage au cours de la durée de son contrat. Plus les kilomètres accordés sont nombreux et plus, bien entendu, le prix du loyer sera élevé. En cas de dépassement, le fonctionnaire s’expose à des frais de location supplémentaires.
  • Le mode de restitution de l’auto : lorsque le fonctionnaire opte pour une LLD, le véhicule est scrupuleusement examiné avant d’être repris pour le loueur. En effet, les rayures et les traces d’usure sont facturées dans le cadre des frais de remise en état – dont le montant doit être mentionné dans le contrat et vérifié au préalable avant tout engagement. Dans le cadre d’une LOA, l’examen est généralement plus léger. Si le fonctionnaire souhaite devenir propriétaire de l’auto, la question ne se pose pas. En revanche, s’il décide de la restituer à l’organisme loueur, il peut s’exposer lui aussi à des frais supplémentaires en cas de traces (rayures, usure, etc.).

La signature du contrat

Dès lors que le fonctionnaire a effectué les différents choix qui lui reviennent, il peut signer le contrat qui lui est proposé. Néanmoins, il est recommandé de bien comparer plusieurs devis avant de s’engager et de bien étudier les conditions et modalités des contrats dans leur globalité.

Le simulateur en ligne est un outil gratuit, sans engagement et bien pratique pour simuler en amont un contrat de leasing. Utilisable à l’infini sans paiement, le fonctionnaire peut ainsi solliciter et recevoir plusieurs offres de leasing pour une unique demande. L’outil cible son besoin grâce à un questionnaire rapide qui lui permet de gagner un temps précieux, de mieux de se projeter dans son projet en maitrisant les coûts et ainsi d’opérer le meilleur choix.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : AQcEJS

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires